[FR]

Le Honduras est un pays considéré comme l’un des plus violent au monde par l’ONU. Ce reportage est réalisé à Tegucigalpa, sa capitale où les ruelles des quartiers défavorisés transpirent violence et pauvreté. On y retrouve une jeunesse fragile mais pleine de vie, qui peine à sortir de ce climat d’insécurité constant. Face à ce contexte hostile, certains d’entre eux ont trouvé une échappatoire, l’antidote à la violence urbaine : la danse de salon.Discipline très peu répandue en Amérique latine, plus habituée à la salsa ou au reggae-ton, c’est sur l’initiative de Mathilde Thiebault que l’ONG Paris-Tegu a vu le jour en 2006 et a ouvert en 2017 la première école de danse sportive d’Amérique centrale certifiée par l’ISTD de Londres. Son but, utiliser la danse comme outil d'éducation, d’intégration sociale et de développement personnel et dont les résultats sont visibles dans la vie quotidienne des jeunes. Un projet pionnier qui porte ses fruits, en permettant aux jeunes des quartiers défavorisés de s’épanouir, de construire une image positive d’eux- mêmes et des relations homme-femme basées sur l’équité et l’égalité des genres.La jeune Mathilde, nommée Chevalier de l’Ordre National du Mérite en Août 2018, est d’origine hondurienne, adoptée à la naissance par une famille française. En fin 2005, elle revient dans son pays natal, dans le but de retrouver ses racines. Frappée par le manque d’opportunités et d’espoir placés en la jeunesse , elle décide de s’engager auprès des jeunes des quartiers défavorisés de Tegucigalpa en créant le Centre Culturel Art & Amitié qui accueille aujourd’hui plus de 180 jeunes ados.Un cadre sûr et protégé qui permet à ces jeunes de trouver un espace de développement et d’apprentissage de valeurs positives notamment par la danse.Valse, Tango, Rumba... une pratique à la fois artistique et sportive qui permet aux adolescents en pleine construction de soi d’être moins vulnérables face aux dangers qui menacent leur avenir.Ce reportage met en lumière le quotidien de certains d’entre eux, pour qui la danse est devenue une véritable école de vie.

Using Format